Pas si simple – Chapitre 1

19 septembre 2018 0 Par H.Midona

Chapitre 1 : La révélation

 

Le lycée Karasuno abrite le club de Volley où un roux nommé Shôyo Hinata et un brun du nom de Tobio Kageyama ont fait leur entrée en début d’année. Respectivement attaquant central et passeur, ils étaient rivaux quand ils sont arrivés dans cette école. Pour cette raison, ils ont dû apprendre à travailler en équipe, à se faire confiance, et ont créé une puissante attaque qu’ils ne peuvent effectuer qu’ensemble. A présent, ils forment un duo essentiel pour l’équipe de Volley de leur lycée.

Au moment où commence cette histoire, ils étaient tous les deux encore dans leur première année au lycée Karasuno et préparaient le tournoi départemental. Ils étaient en train de se faire des passes quand Yû Nishinoya, le libéro, les interrompit. Il avait un air sérieux. Derrière lui, Azumane Asahi, attaquant mais aussi le champion de l’équipe, était en train de parler avec Kei Tsukishima, attaquant central. Nishinoya les informa :

– Asahi et moi on a besoin de parler à toute l’équipe ! Donc on demande à tout le monde de se réunir près de la porte.

– Oh ? comprit, fit Tobio.

Il échangea un regard surpris avec Hinata. Ils s’exécutèrent, tandis que Nishinoya alla parler avec Ryûnosuke Tanaka. Le capitaine, Daichi Sawamura, était déjà au lieu de rendez-vous avec le second passeur, Kôshi Sugawara. Hinata s’engagea à demander :

– Il se passe quoi ?

– Aucune idée, lui assura le capitaine. En tout cas tous les deux avaient un air décidé… Je me demande si c’est à propos du match d’entraînement qu’on aura ce week-end.

Tobio s’inquiéta, se demandant ce qu’il pouvait se passer. Hinata attira son attention sur Keishin Ukai, leur coach, qui arrivait vers eux, l’air tout aussi surpris que lui : de toute évidence lui non plus ne savait pas. A sa suite, Kiyoko Shimizu et Yachi Hitoka, la manager et sa successeuse approchaient également.

Lorsque tout le monde fut prêt, Nishinoya et Asahi se regardèrent, l’air déterminé. Sawamura fronça les sourcils d’inquiétude et demanda :

– Alors ? Il y a un problème ?

– Quoi ? Non non, il n’y a aucun problème, assura Asahi avec nervosité.

Tobio voyait qu’il était malgré tout très mal à l’aise : il suait, avait des yeux apeurés et se grattait la tête sous son chignon châtain. Nishinoya sourit de cet air malicieux qui lui était propre, puis récapitula :

– Daichi, tu dis toujours qu’on est une équipe et qu’on doit tous s’entendre.

– En effet…

– Et donc pour qu’on s’entende tous il vaut mieux éviter les cachotteries, n’est-ce pas ?

Sawamura acquiesça, l’air de plus en plus intrigué. Tobio repensa à quand lui et Hinata étaient arrivés au lycée Karasuno. Il confirma de la tête tout en se rappelant que le capitaine avait refusé de les intégrer à l’équipe tant qu’ils n’auraient pas réalisés qu’ils étaient coéquipiers. Nishinoya prit une grande inspiration, prit la main d’un Asahi de plus en plus nerveux, puis déclara :

– Pour cette raison, on a décidé de vous annoncer qu’Asahi et moi… Sommes désormais en couple.

Il y eut un blanc. Asahi semblait totalement paniqué. Tobio ne savait pas quoi en penser… Alors ils étaient gays ? Il songea que c’était super s’ils étaient heureux… Mais n’était-ce pas anormal ? Ils pensa qu’ils étaient courageux d’avouer honnêtement qu’ils étaient en couple bien qu’ils soient tous deux des garçons. Machinalement, sans y penser il fixa Hinata. Alors qu’autour d’eux l’équipe félicitait le nouveau couple, il continuait à fixer son coéquipier. Il se demandait ce que ce dernier pouvait penser de cette nouvelle. Est-ce que l’homosexualité le dérangeait ? Le jeune roux, semblant sentir son regard, se tourna vers lui d’un air surpris.

– Qu’est-ce qu’il y a, Kageyama ?

Embarrassé, le susnommé détourna le regard tandis qu’une immense chaleur se propagea sur son visage.

– Rien.

Il se sentait confus. Un instant il avait pensé qu’Hinata était vraiment attirant. Mais ils étaient tous deux des garçons ! Le sujet de cette confusion ne sembla pas le remarquer, se contentant de le fixer avec un drôle de regard. Tout d’un coup, Nishinoya, d’un ton déterminé et soufflant fort, informa Tobio :

– Si tu as quelque chose contre le fait qu’Asahi et moi soyons homosexuels n’hésite pas, on s’attends de toute façon à avoir des remarques.

– Je m’en fiche que vous soyez en couple ! balança Tobio avec brusquerie.

Son interlocuteur entrouvrit la bouche, visiblement abasourdi. Sawamura sourit à cette scène, s’approcha d’eux, puis affirma :

– Je pense que personne ici n’a de problème avec le fait que vous soyez gays, n’est-ce pas les gars ?

– Ce que vous faites dans la vie privée ne nous intéresse pas, ajouta Tsukishima de son ton désintéressé.

– Tout pareil que Tsuki, précisa Yamaguchi Tadashi, central.

– Tant que vous êtes compétents au Volley peu importe, assura le coach.

– M… Moi aussi… Enfin… Moi non plus ça ne me dérange pas, bégaya Yachi.

– Moi non plus, fit Shimizu platement.

– J’ai perdu mon camarade de protection de Kiyoko, déclara Ryunosuke Tanaka, l’attaquant au crâne rasé,  d’une voix forte en pleurant.

– Ce qu’il veut dire c’est qu’il espère que vous serez heureux ensemble, traduisit Ennoshita Chikara, également attaquant, avec un sourire. Et moi aussi je l’espère.

Tanaka hocha positivement de la tête. Nishinoya se mit à pleurer aussi et serra fort Tanaka contre lui. Kazuhito Narita, central, et Hisashi Kinoshita, attaquant, renchérirent en assurant que puisqu’ils étaient une équipe ils ne les laisseraient pas tomber. Asahi pleura également en se tenant contre le capitaine.

– Et puis peut-être que ça réveillera quelqu’un, sourit Koshi Sugawara en regardant Sawamura.

Ce dernier rougit et détourna le regard. Tobio trouvait cela étrange que ce joueur aux cheveux courts noirs, pourtant toujours sûr de lui, ait l’air aussi gêné. Il ne put s’empêcher de regarder à nouveau Hinata, qui sautillait sur place en hurlant des mots d’encouragement.

 

Le soir-même, Tobio était sur le chemin du retour lorsqu’il entendit qu’on l’appelait. Son coeur fit un bond lorsqu’il se retourna et vit Hinata pédaler vers lui à toute vitesse. Ce dernier s’arrêta à sa hauteur et lui fit un grand sourire adorable. Tobio sentait une envie irrépressible d’embrasser Hinata, mais sa raison le retint. Il se contenta de reprendre son chemin en se détournant de l’objet de son trouble. Malheureusement, ce dernier descendit de son vélo sans le lâcher et suivit son coéquipier au pas. On pouvait entendre la chaîne du véhicule tourner alors qu’aucun autre bruit ne se faisait entendre. Les environs étaient étrangement déserts. Tobio se sentit étrange en réalisant qu’il était en tête à tête avec Hinata.

Ils marchèrent ainsi durant plusieurs minutes. Le silence qui s’était installé interpella Tobio, qui trouvait inhabituel que son coéquipier reste silencieux, lui qui était si bavard. Etait-il soucieux ? Brusquement, Hinata parla d’une voix forte.

– Wah ! Je m’attendais pas à ce que deux de nos camarades se mettent en couple ! Ça m’a vache surpris !

– C’est sûr que c’est inattendu surtout que ce n’est pas normal, confirma Tobio.

– Tu es contre l’homosexualité Kageyama ?

Il ne répondit pas.  Ils continuaient à marcher l’un à côté de l’autre, ne sachant quoi se dire ni l’un ni l’autre. Tobio réfléchissait à la question. Est-ce qu’il avait quelque chose contre l’homosexualité ? Autour de lui il entendait parfois dire que c’était une perversion, une chose honteuse qu’il ne fallait surtout pas encourager. En même temps la réaction des membres du club était totalement amicale à cette annonce. Et lui, de son côté ? Est-ce qu’il avait quelque chose contre l’homosexualité ? Pas particulièrement. Il était vraiment content pour ses deux camarades. Après cette réflexion, il étira un petit sourire puis affirma :

– Non. Je suis content pour eux s’ils sont heureux comme ça.

Hinata le regarda, surpris. Puis il confirma avec enthousiasme :

– C’est vrai, c’est la bonne chose à faire.

– Au fait ! se rappela Tobio. Tu semblais particulièrement heureux ce matin, il s’est passé quelque chose ?

Le visage de son interlocuteur se figea. De toute évidence il paniquait intérieurement. Tobio patienta jusqu’à ce qu’Hinata finisse par avouer avec gêne :

– J’ai fais un rêve super agréable cette nuit.

– Quel rêve ?

– Je me mettais à te dépasser en taille et je me moquais de toi qui était devenu plus petit que moi.

Il avait un grand sourire béat en dévoilant son rêve. Il était évident qu’il n’avait pas réfléchis avant de parler. Quand il se rendit compte de sa bêtise, il sembla paniquer. Tobio grogna, lui lançant un regard qui effraya Hinata. Ce dernier fuit en remontant sur son vélo, tandis qu’il le poursuivait en hurlant qu’il “allait lui apprendre à être irrespectueux”. Quand il le rattrapa, de justesse, il le fit tomber de son vélo sur l’herbe, qui était non-loin. Poussé dans son élan, il tomba avec lui. Leur chute se termina sur Tobio qui faisait des chatouilles à Hinata.

– Ouah ! Non ! Arrête Kageyama—, le supplia-t-il en riant.

Il finit par obéir, riant avec lui. Tobio se sentait vraiment bien. Il mirent plusieurs minutes avant d’arrêter, puis de reprendre leur souffle. Une coureuse passa et les regarda bizarrement. Embarrassé, Tobio se releva et proposa :

– Bon, on rentre ?

– D’accord, fit Hinata en souriant.

Ils reprirent leur route alors que le passeur retint son envie de l’embrasser. Il se demanda vraiment ce qui lui prenait d’éprouver ce genre d’envie. Puis, il supposa “C’est parce que Nishinoya et Asahi se sont mis en couple, comme nous sommes un duo comme eux j’ai transposé notre situation à la leur et j’ai eu l’impression qu’on pourrait avoir la même relation. J’irais mieux demain”. Sûr de cette pensée, il continua à parler avec Hinata sans le moindre autre incident, rentra chez lui, puis alla se coucher tout en se répétant constamment “J’irais mieux demain, c’est juste une impression”. A l’aide de cette supposition, il arriva à s’endormir rapidement.

 

Le lendemain, toute l’équipe profita de l’entraînement du matin pour faire un exercice collectif de réception. Tobio était derrière Hinata, à attendre son tour. Ce dernier était très clairement nerveux, songeant sans doute au fait qu’il n’était pas encore très bon pour réceptionner les balles. Le passeur ne put s’empêcher de le trouver mignon à s’inquiéter de cette façon. Au moment où il eut cette pensée, l’envie de se frapper la tête contre un mur pour enlever cette idée étrange de son esprit le submergea. Puis, alors qu’il lui vint que c’était anormal, il se rappela que Nishinoya et Asahi s’étaient mis en couple la veille. Un peu honteux, il tenta de démêler la situation d’un autre angle. Pourquoi ne serait-il pas amoureux d’Hinata au-delà du fait que c’était un garçon ? Ne confondait-il pas ? N’avait-il pas juste un doute à cause de ce qui s’était passé la veille ? Il était vraiment très attaché à lui, en effet, mais était-ce vraiment à ce point ? Il fut sorti de sa réflexion par le coach qui appelait le nom d’Hinata. Ce qu’il vit en relevant la tête fut le corps de ce dernier, propulsé dans les airs et qui frappait le ballon du plat de la main. Il était fasciné par cette image, ne pouvant pas en détourner le regard.

Tobio sursauta quand Ukai prononça son nom. Il n’avait pas du tout fait attention que l’objet de ses pensées avait fini son tour. C’était à présent le sien. Très déconcerté, et pas du tout prêt, il sauta tout de même. Il tenta de se concentrer sur la balle alors qu’elle arrivait vers lui. Hinata le regardait. Tobio fit le geste de la main pour qu’elle touche la balle. Hinata sourit. Tobio se déconcentra et rata la balle, qui alla rebondir sur le mur du fond. Il se figea alors que tout le monde le fixait, éberlués. Il savait que c’était parce qu’il n’avait pas l’habitude de rater une réception pendant les exercices. Tsukishima, première année tout comme lui, se permit un sarcasme.

– Alors majesté ? On est rouillé ?

Tobio lui lança un regard noir. Au collège il était connu comme étant Le roi du terrain et, depuis son dernier match du collège, il détestait qu’on lui rappelle ce surnom. A présent cela le dérangeait moins, mais il savait parfaitement que Tsukishima disait cela pour le provoquer. C’était ce détail qui le mettait en rogne.

Malgré sa colère, il s’écarta pour laisser ses coéquipiers suivants faire l’exercice. Il sursauta lorsque Hinata, qui l’avait rejoint, s’inquiéta :

– Tout va bien Kageyama ? T’es malade ?

– Hein ? Ouais…

Il ne put s’empêcher de se gratter la tête d’embarras tout en lui répondant. Alors que le jeune attaquant le regardait avec un air inquiet, il détourna le regard, songeant “Tch ! Il est trop mignon”. Dans un coin de sa tête, alors que Hinata s’agitait tout en insistant pour savoir ce qu’il avait, il se mit à tout réorganiser. Il était possible qu’il l’aime. C’était même très probable. Concrètement le seul moyen pour en être sûr ce serait de l’embrasser. Malheureusement, cette action risquait fort d’avoir des conséquences.

Alors qu’il se creusait les méninges pour savoir quoi faire, il vit Asahi tenir Nishinoya contre lui par derrière. Tobio se superposa avec Hinata sur le couple déclaré, ce qui le troubla bien plus. Serait-ce un signe qu’il était réellement amoureux ? Peut-être. Il ne savait plus. Sans doute. Ayant toujours pensé seulement au Volley, il n’avait aucune expérience en amour donc il n’était pas sûr d’être hétérosexuel. Mais serait-il vraiment homosexuel ? Peut-être devrait-il en parler à Asahi et Nishinoya ? Tandis qu’il y songeait, il remarqua que l’inquiétude d’Hinata ne s’arrangeait pas. Un peu embarrassé, il s’excusa.

– Pardon si je t’inquiètes… Je vais bien.

Son interlocuteur n’avait pas l’air convaincu, mais n’insista pas. Peu de temps après, ce fut le moment d’aller en cours. Ils allèrent se changer avant de se disperser pour rejoindre leurs différentes classes.

Tobio entra ainsi en trombe dans sa salle. Il s’installa à sa place alors que ses camarades parlaient joyeusement. Le professeur arriva quasiment au même moment, demanda le silence, puis commença son cours.

Dans un premier temps, Tobio s’efforça d’écouter ce qu’il disait. Mais, rapidement, Hinata lui revint en tête. Avec tout ce qu’il avait pensé lors de l’entraînement du matin, il n’avait pas beaucoup avancé dans la problématique de ses sentiments pour son coéquipier. Sans vraiment y penser, il se mit à gribouiller sur une feuille un récapitulatif de sa relation avec lui. Tout en haut il écrivit la rivalité qui s’était installée entre eux, lors de leur premier match l’un contre l’autre à la fin du collège. Puis, il mit une flèche en-dessous qui pointait vers l’amitié qui était né par la suite. Après un temps de réflexion, il mit un point d’interrogation à côté de cette étape. Il n’avait jamais eu d’amis (à part peut-être Oïkawa, le passeur qui lui avait tout appris au collège) donc il hésitait à savoir si c’était vraiment de l’amitié. Puis, après une autre flèche, il marqua l’amour. Embarrassé, il écrivit à côté ce qui cela pouvait aussi être : de la simple affection.

 

Il fixa sa feuille et ce qu’il y avait écrit. Il n’écoutait déjà plus le cours, réfléchissant seulement à ses rapports avec Hinata. Il continua à se demander ce qu’était concrètement la différence entre la simple affection et l’amour. Qu’est-ce qu’une personne amoureuse ressentait qu’elle ne ressentait pas pour un ami proche ? Et puis, c’était un garçon. Finalement, il décida d’aller voir ceux qui en savaient plus que lui.

Pour cette raison, il profita de la pause pour aller dans la classe d’Asahi. Il n’y était pas. Il le chercha alors encore un peu et le trouva finalement sous un escalier avec Nishinoya. Ils parlaient avec animation. Décidé, Tobio s’approcha d’eux.

– Je peux vous parler ?

– Oh ? s’étonna le libéro.

– Donc… finalement tu as… des choses à redire sur notre… couple ? s’inquiéta le champion avec nervosité.

Tobio hocha la tête négativement en affirmant que ce n’était pas le cas. Puis, il posa sa question.

– Je voulais savoir… Comment vous savez que ce que vous ressentez l’un pour l’autre est de l’amour et non de l’amitié ou de l’affection pure ?

Ils le fixèrent, surpris par cette question. Ils échangèrent ensuite un regard qu’ils détournèrent en rougissant de gêne. Tobio, comprenant qu’ils réfléchissaient, attendit. Ils se regardèrent plusieurs fois, puis Nishinoya finit par répondre :

– Tu sais Kageyama, quand on est amis avec quelqu’un on tient énormément à cette personne et on s’amuse bien avec elle. Mais quand je suis avec Asahi non seulement je me sens à l’aise mais je voudrais que le temps s’arrête. Je sais aussi que je ne veux céder Asahi à personne, je veux qu’on soit ensemble pour toujours. C’est ça qui fait que je sais que je suis amoureux de lui.

– D’ailleurs, quand on est amoureux on a aussi de l’affection pour l’autre, ajouta Asahi.

Tobio acquiesça mécaniquement. Il n’avait pas vraiment réfléchis à ce genre de problématique : jusqu’ici ses pensées avaient été remplies de ses hésitations sur ce qu’il ressentait. Avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, une voix s’éleva derrière lui.

– Pourquoi tu veux savoir ça ? Tu es amoureux ?

Ils se tournèrent vers Sugawara, qui souriait avec douceur. Ce dernier ajouta :

– Vous devriez faire attention quand vous parlez d’homosexualité, heureusement que ce n’était que moi qui passait et non un autre élève sinon vous auriez pu être victimes d’une rumeur.

– Ah ! Oui ! paniqua Asahi. Je me charge de vérifier !

Il s’exécuta, se mettant en position pour pouvoir réagir si quelqu’un extérieur au club de Volley arrivait vers eux. Puis, Tobio répondit avec embarras :

– Oui.

– Pardon ? s’étonna Sugawara.

– Oui, je suis amoureux… De Hinata… Je crois.

Un blanc passa. Alors que le brun regrettait déjà, le second passeur sourit en lui assurant :

– Je comprends ce que tu dois ressentir alors. Ce n’est pas facile de se dire “je suis amoureux d’un garçon”.

Tobio acquiesça.

– Oui, surtout quand on a jamais été amoureux avant.

– D’autant plus si on n’a jamais été amoureux, précisa Sugawara. J’en connais un qui n’assume toujours pas d’être homosexuel. Apparemment il considère que le Volley est plus important que de déterminer s’il est ou pas attiré par les hommes.

Il se demanda un instant de qui il parlait, mais, avant qu’il ne pose la question, Nishinoya remarqua :

– N’empêche, finalement on est beaucoup dans le club à aimer les hommes, c’est dingue ! Même Tsukishima il est en couple avec Yamaguchi.

– Quoi ? s’étonna Tobio. Depuis quand ?

– Ils l’ont dis hier après qu’on ait fais notre annonce ! Toi et Hinata vous êtes partis avant, donc c’est normal que tu ne saches pas. Apparemment cela fait déjà depuis le collège.

Il ne sut pas quoi répondre. Il ne s’attendait tout simplement pas à cette nouvelle, lui qui pensait que c’était juste deux amis vraiment très proches. Il se souvint de leur rencontre : Lui et Hinata étaient encore rivaux et il leur avait fallu prouver qu’ils étaient capables de coopérer. Il avait alors été décidé qu’ils feraient un match contre Tsukishima et Yamaguchi, également en première année Ce n’était qu’à cette condition qu’ils ont, par la suite, pu intégrer le club. Il soupira. Et lui qui n’était toujours pas sûr ! A ce moment, Sugawara finit par lui conseiller d’un ton conciliant :

– Tu devrais aller voir Hinata, le regarder dans les yeux, et te demander si tu veux faire ta vie avec lui. Si c’est le cas, il est fortement probable que tu sois amoureux.

– Bonne idée, j’y vais de suite !

De cette façon, il se dépêcha d’aller dans la classe d’Hinata, laissant ses interlocuteurs figés sur place. Il bouscula plusieurs élèves dans sa précipitation, ne s’arrêtant que lorsqu’il arriva devant la porte de la salle. Un peu nerveux, il jeta un oeil à l’intérieur et les écarquilla devant la scène. Hinata était assis à son bureau, tout sourire, parlant avec des camarades avec animation. Il se mit à rire. Tobio avait un pincement au coeur, provoqué par la jalousie de le voir accorder son attention à un autre que lui. Il le savait à présent, il en était certain : il était amoureux.